FOUS DE PECHE
 
     
  FORUM  

 

  MENU PRINCIPAL  

 

La chasse sous marine

 

 

Etant donné que pour moi aussi cette technique est nouvelle (débutée au printemps 2005), je ne peux vous faire partager que mon peu d’expérience certes , mais une expérience de débutant et donc j'espère vous éviter les nombreuse erreurs que j’ai pu commettre …………….

 

 

Introduction :

La chasse sous marine est une forme de pêche dangereuse il faut l’avouer, néanmoins en faisant attention et en jugeant les risques on peut diminuer ceux–ci. Tout d’abord savoir nager un minimum et être à l’aise dans l’eau, faire vérifier ses oreilles par un ORL si celles-ci sont sensibles. De plus si vous débutez, demandez à un chasseur aguerri de vous accompagner, et de toute façon en aucun cas ne chassez JAMAIS SEUL. Veillez aussi à respecter la réglementation et avoir votre permis de chasse avec vous. Celui-ci s’obtient aupres des affaires maritimes sur présentation d’une attestation d’assurance sécurité civile et d’une pièce d’identité, profitez en pour en savoir plus sur la réglementation concernant la chasse sur votre secteur.

Avant de partir à la chasse, renseignez-vous sur la météo du jour et même sur celle des jours précédents. En effet celle-ci a une importance cruciale (encore plus qu’à la pêche) car elle va influencer sur la clarté de l’eau et donc sur la visibilité au fond, et sans bonne visibilité pas de chasse!

Si vous souhaitez voir du poisson il ne faut pas nécessairement aller profond surtout si vous débutez. Il m’est arrivé de voir des bars (et des gros...) dans 2 mètres d’eau, je n’ai pas pu les tirer pour 2 raisons :

-matériel inadapté (fusil trop court)

-manque de discrétion.

C’est sur celle-ci que je vais m’attarder, en effet dans peu d’eau les palmes peuvent créer un bruit assourdissant pour les poissons.Iil faut donc veiller à se plomber les chevilles et/ou à rester au fond ! Il faut donc couler, si possible toujours dans la discrétion, cette coulée s’appelle le canard.

Pour travailler ce canard entraînez vous en piscine ou en mer (sans fusil) à être discret. Ttravaillez par la même occasion votre aquacitée (le fait d’être à l’aise dans l’eau) notamment en essayant de plonger sans masque)

 

1ere partie le matériel :

 

L’homme n’est pas fait pour se mouvoir dans l’eau, pour cela il a besoin d’un équipement adapté.

La première chose à acquérir et sans aucun doute la plus importante : la combinaison

Elle est l’élément le plus coûteux dans l’équipement du chasseur mais aussi la plus utile ! En effet la mer est un milieu hostile et même l’été vous aurez vite fait d’avoir froid, très froid si vous utilisez simplement un shorty (petite combi coupée aux bras et aux genoux). Il vous faut donc une bonne combinaison intégrale en un ou plusieurs éléments. Choisissez la bien adaptée à votre morphologie, essayez plusieurs modèles (le plus grand nombre possible pour trouver ce qui vous va le mieux). Si vous la prenez en deux éléments n’hésitez pas à dépareiller haut et bas ! Quant à l’épaisseur, tout dépend de la période de chasse, pour l’hiver une 7mm est le plus approprié chez nous en Normandie, en été une 5mm peut suffire. Pour ceux qui chassent pendant ces deux saisons choisissez une 7 mm, vous aurez un peu chaud l’été mais c’est mieux que d’avoir froid l’hiver!

L’autre élément de choix d’une combinaison est sa matière. Il en existe de très nombreuses avec des avantages et des inconvénients, leur choix est important et les avantages/ inconvénients sont très subjectifs et dépendent du type de chasse de chacun et du lieu où l'on pratique. Surtout n’oubliez pas la cagoule, elle est la plupart du temps solidaire de la combi mais si ce n’est pas le cas il faut impérativement en acheter une. En effet c’est par la nuque et le haut de la tête que l’homme ce refroidit le plus.

 

Les autres éléments qui vous protègeront du froid mais surtout des autres agressions sont les chaussons et les gants. Les chaussons vous protégeront les pieds du froid mais aussi du chausson des palmes qui peut créer des plaies. choisissez les fins mais chauds, je possède personnellement les Beuchat, ils sont parfaits et épousent parfaitement la forme du pied et sont très chauds.

Quant aux gants, vous avez le choix : beaucoup utilisent de simples gants de jardinage car moins chers ou des gants néoprène de marque décathlon. Il faut savoir que le gant s’use assez vite si l’on s’accroche à une épave ou à une roche. Ils servent aussi de protection si vous croisez quelques crustacés. Pour ma part, j’en porte surtout pour me protéger, lors du chargement de l’arbalète, d’une défaillance quelconque qui pourrait être fort douloureuse.

 

 

 

gants
chaussons

 

 

 

Un élément de sécurité indispensable sans lequel je ne me mettrais pas à l’eau est le couteau. Une fois sous l’eau il possible mais peu souhaitable que vous en ayez besoin : une corde, un filet ou autre vous coince au fond et il faut réagir, mais vite et sans paniquer ! Il vous faut donc un couteau facilement accessible, bien aiguisé. Il faut qu’il soit capable de couper de gros cordages donc un côté cranté s’impose. Il est en général fourni avec des sangles, fixez le à votre guise sur le mollet ou l’avant bras.

 

Pour pouvoir plonger profond et avancer contre le courant il vous faut des palmes, orientez votre choix sur de vraies palmes de chasses et non des palmes bouteilles et loisir. Il faut les choisir longues et chaussantes, c’est-à-dire sans sangles pour les fixer. Vous devez les choisir avec vos chaussons aux pieds. La dureté de la palme doit être fonction de votre force et de votre type de chasse, plus vous chasserez profond plus celles-ci devront être raides et élastiques. Pour une chasse en surface de type dérive, vous devrez prendre des palmes souple pour un meilleur palmage horizontal. Choisissez les avec une voilure interchangeable, en cas de casse vous pourrez ainsi les réparer a moindre coût.

 

Masque et tuba :

Le choix du masque doit se faire avec un petit test pratique pour savoir si sa jupe, de préférence en silicone, est adaptée à votre visage, ce qui par conséquent assurera une bonne étanchéïté pour votre confort. Le test est simple : appliquez le masque sur votre visage sans mettre la sangle, sans inspirer ou expirer par le nez, appuyer sur le masque pour en chasser l’air , si le masque tient plus de cinq seconde c’est qu’il est parfaitement adapté a votre visage !

Le choix du tuba est lui plus subjectif, en théorie il faudrait le prendre du même diamètre que son pharynx, tout cela pour bien respirer sans se fatiguer… Le mieux est de rester dans la simplicité mais avec des couleurs relativement discrètes.

 

Lestage :

C’est pas le tout d’avoir une jolie combine bien épaisse, il faut l’amener avec vous au fond, le problème c’est que vous allez flotter !!! Hé oui Archimède… ;-)

Pour remédier à cela il faut vous lester. En bon pécheur que vous êtes vous connaissez le métal qui va nous aider par sa densité colossale : l’or , non je déconne je veux parler du plomb bien sûr. Que vous l’utilisiez en ceinture ou en harnais, le résultat sera le même. L’avantage du harnais c’est que celui-ci soulage le dos du fait que le poids est réparti sur les bretelles, néanmoins il est très difficile à larguer donc dangereux pour les débutants. Les plomb devant être mis sur la ceinture sont vendus un peu partout, pour leur nombre il faut compter 1kg pour 10kg du bonhomme mais prévoyez un peu plus si vous avez une combinaison épaisse ou si vous plongez peu profond.

 

Stylet :

 

Le stylet est un petit accessoire bien utile, il permet une fois le poisson pris d'accrocher celui-ci à la ceinture et de continuer sa chasse sans revenir au bateau.

 

 

Arbalète

Ensuite il vous faut un moyen pour attraper les si beaux poissons que vous verrez au travers de votre masque, c'est pour cela qu'il existe des arbalètes. Il y a de nombreux modèles sur le marché, plus ou moins chers. Il faut d'abord choisir une crosse adaptée à votre main, ensuite une queue de détente souple (c'est-à-dire que le moindre appui sur la gâchette déclenche le tire automatiquement), cela permet de faire des tirs " d'instinct ", souvent les plus efficaces en chasse sous marine.

Ensuite regardez si le talon de la crosse est confortable pour le chargement (cela est assez subjectif et dépend de chaque personne). Regardez si la flèche est adaptée à votre type de chasse, si les sandows sont en adéquation avec la flèche et si la longueur du tube correspond à votre façon de pêcher et la visibilité de votre coin de chasse. J'allais oublier, prenez des obus articulés, si l'arbalète est vendue de série avec des obus simples, changez les par des obus articulés !! En effet les obus simples ont tendance à se briser si l'on utilise des sandows trop puissants.

 

 

Obus articulés
Obus simple
Obus Tahiti

 

Sandow

Les sandows sont les élastiques qui vont propulser votre flèche, ils sont un peu la poudre d’un fusil traditionnel. Leur longueur est établie selon la longueur du tube de la flèche. Néanmoins il est possible de jouer sur la longueur pour influer sur la puissance, mais il est préférable de jouer sur le diamètre. Ainsi des sandows de base ont un diamètre de 16mm et ont une puissance relativement faible. Ils servent à propulser des flèches de 6mm et 6.5mm, l'avantage c’est qu’ils sont très faciles à armer. Ensuite les sandows de 18 mm qui servent aux flèches de 6.5 mm et 7mm et les sandows de 20 quasi exclusivement réservés pour propulser des tridents !! Ces derniers demandent une très grande puissance d’armement du fait de leur poids et de leur faible hydrodynamisme.

 

 

Flèche :

La flèche est un élément déterminant dans le type de chasse pratiquée. Plus elle est fine et plus elle plane, elle est aussi plus fragile. Il existe deux moyens pour relier celle-ci au fusil : le coulisseau et le simple trou dans la flèche, ce dernier a quand même la préférence de la plupart des chasseurs.

 

Longueur du tube :

 

Longueur du tube

 

Sandows

 

Flèches

 

Techniques

50cm

13cm

7mm

A trou

75cm

19cm

6.5mm

A trou, indienne

90cm

22cm

6.5mm, 6mm

surface

 

 

 

 

2eme partie : Techniques de chasse

 

Chasse à l’indienne :

C’est la chasse que pratique le chasseur de façon intuitive, son principe est de se déplacer le long du fond à la rencontre du poisson.

 

Avec une bonne vue et beaucoup de chance vous rencontrerez peut-être des poissons plats ?

 

 

Surface :

C’est une technique agréable et peut fatigante car demandant peu ou pas d’apnée. Elle se pratique dans des petits fonds au-dessus de relief ou des parcs à huîtres. Vous croiserez de nombreux mulets et peut-être des bars si vous êtes discrets !

 

 

Agachon :

 

C'est la plus récente des techniques, sans doute la plus efficace mais aussi la plus difficile, car c'est celle qui demande la plus grande apnée. En effet l'agachon consiste à faire le mort posé au fond de l'eau, le poisson attiré par sa curiosité viendra à vous. Plus vous resterez longtemps plus les gros viendront, il ne faut donc pas tirer le premier bar venu sous peine de faire fuir les autres.

 

 

A trou :

 

La chasse à trou est à mon goût l'une des plus intéressantes qui soit, de par son aspect ludique. En effet il est très agréable de surprendre un bar ou une vieille paisible se croyant à l'abri dans un trou. Le tir est en général très facile dans ces conditions. Seul problème peut venir si la flèche s'enrague (se coince) dans le trou, du fait que le poisson se débatte. C'est pour cela que l'utilisation du trident est utile dans ce genre de situation pour assommer le poisson.

 

 

 

 

Conclusion :

Comme pour la pêche à la ligne, la chasse est un moment de détente avant tout, mais aussi la possibilité de pouvoir ramener du poisson frai sur la table. Je vous rappelle qu’il existe des mailles et que vous devez les respecter. A la ligne certains pratiquent le no-kill en chasse il est aussi possible de laisser de temps en temps l’arbalète dans le bateau et de faire de l'image (photo, vidéos) ce qui vous laissera d’excellents souvenirs et contribuera à protéger les ressources !!

En espérant que ce dossier vous ait plu.

 

 

 

Drazor

 

http://perso.wanadoo.fr/fousdepeche