FOUS DE PECHE
 
     
  FORUM  

 

  MENU PRINCIPAL  

 

Construction d'une barque de pêche en contreplaqué (quatrième partie)

 

Rappel :

Après avoir évoqué : la réalisation des plans concernant les deux tableaux et les membrures, la découpe de ces derniers et du fond et la pose de celui-ci, la découpe, puis la pose des bordés à clins, nous allons voir les différents travaux réalisés avant la mise en peinture, et notamment la réalisation des deux caissons étanches.

La réalisation du liston :

Tous les bordés à clins étant posés, nous pouvons rajouter de chaque côté de la prame et sur sa partie supérieure deux bandes de contreplaqué de 5 cm de large servant à la réalisation du liston qui, embellissant l'embarcation, sert avant tout à la renforcer. Ces bandes sont donc collées (colle résine) et vissées (1 seule vis) au niveau des deux tableaux et des membrures tout en prenant soin de bien faire rentrer la tête fraisée dans le bois pour ne pas qu'elle dépasse. Mentionnons que nous avons réalisé cette étape après celle de la pose du caisson avant bien que nous pensons qu'il est plus judicieux de l'effectuer juste après la pose des bordés pour solidifier d'avantage la construction. Il y aura donc au total 3 bandes de contreplaqué de 5 cm de haut par 5 mm d'épaisseur soit un liston de chaque côté de 1, 5 cm d'épaisseur. Comme dit JJ, on peut aussi se servir de l'une des deux bandes intermédiaires de l'un des deux listons en guise de réglette déformable en un seul sens pour le tracé des bordés au moyen des piges, mais cela suppose bien entendu au préalable de découper la bande avant de commencer la poste des bordés à clins.

La construction des caissons étanches :

L'image ci-après montre la façon dont le caisson a été construit à l'aide d'un liteau en sapin de 3 cm x 2 cm (ne figure pas dans la liste de départ, nous excuser pour la coquille), puis la pose d'un panneau de contreplaqué aux dimensions et formes intérieures de l'embarcation. Nous ne donnons aucune dimension concernant la réalisation de ces deux caissons car vous n'auriez pas assez de contreplaqué pour les réaliser. Pourquoi ? Parce qu'après avoir malencontreusement cassé une plaque de contreplaqué après l'achat (nous vous recommandons vivement de vous les faire livrer ou encore d'avoir le véhicule adéquat pour le transport (proscrire l'utilisation de galeries), nous avons du nous résoudre à une acheter une supplémentaire. Ainsi, avec les chutes de la première, nous avons pu augmenter la surface de nos caissons.

Calcul de la flottabilité :

La règle est de 15 litres par personne + 15 litres pour le moteur et encore 15 litres pour le matériel, soit pour notre construction : 60 litres (2 personnes). Ensuite, il faut savoir que mettre de la flottabilité à l'avant et à l'arrière est une bonne chose car on évite ainsi d'utiliser ces extrémités qui, sur un petit bateau, engendrent un fort déséquilibre. L'embarcation a une densité de 0.85. Donc, notre prame en contreplaqué sans autre charge ne coulera pas s'il est rempli d'eau.

Comme dit ci-dessus, nous avons carrément augmenté le volume des caissons de flottabilité de notre bateau parce que nous avions du contreplaqué en plus du fait de la mésaventure. Nous sommes donc arrivés à environ 70 litres à l'avant pour environ 50 litres à l'arrière.

Méthode de calcul :

Le plus simple pour un volume approché est la méthode du calcul des trapèzes ramenant ainsi à des volumes simples comme une boîte. Il faut donc multiplier la hauteur moyenne par la largeur moyenne et la longueur moyenne. Si les mesures sont réalisées en décimètre, on a directement le volume en litre. Si cela vous paraît un peu trop nébuleux, vous pouvez poster dans le forum. Jean-Jacques se fera un plaisir de vous répondre.

Vue de la réalisation du caisson arrière. Là, nous nous sommes servis de l'appui de la membrure pour solidifier l'ensemble. Notons que la distance séparant la planche recouvrant ce caisson étanche du bord supérieur de l'embarcation doit tenir compte de la profondeur de fixation du moteur (ben oui, il faut bien pouvoir fixer convenablement ce dernier sur le tableau arrière).

Poursuivant, nous avons débité nos feuilles de polystyrène par tranches aux dimensions correspondantes. Ne pas faire comme nous en utilisant de la matière extrudée d'un côté et normale de l'autre car la première est plus lourde que la seconde (et beaucoup plus chère !!!) et se découpe un peu moins facilement. Outre ces deux remarques, le risque majeur est de déplacer le centre de gravité de l'embarcation.

Découpe, puis pose (vue ci-après) du premier bloc qui viendra prendre place sous le liteau central.

Pour pouvoir ensuite s'y retrouver, nous avons noté chaque bloc découpé, puis ajusté. Précisons que ceux situés aux extrémités latérales sont obligatoirement réalisés en plusieurs morceaux faute de pouvoir les insérer d'un seul tenant. L'opération terminée, nous avons poncé le dessus des blocs à l'aide d'un papier de verre grossier pour ajuster la surface.

Continuant, nous avons passé tous les joints à la colle SIKAFLEX pour assurer une bonne étanchéité avant d'enduire sauvagement l'intérieur des caissons avec plusieurs couches de vernis de marine pour les protéger.

 

Pour clore le chapitre des caissons étanches, nous avons découpé chaque dessus qui a ensuite été vissé. L'étanchéité par la pose d'un joint de colle SIKAFLEX s'est réalisée par le dessus pour ne pas avoir à tout arracher si d'aventure on se devait d'ouvrir le ou les caissons étanches pour quelque motif que ce soit.

La pose des deux varangues et la découpe des deux bancs d'assise :

Les deux varangues sont collées sur le fond contre chaque membrure. Par commodité, il faut réaliser cette opération avant de poser les deux bancs d'assise. Pour ces derniers, et afin de gagner du poids, nous les avons découpés en forme d'ellipse (24 cm au plus large). Leur emplacement et hauteur ont été calculés en considération du confort de pêche nécessaire à deux pratiquants, mais également et surtout de la stabilité de l'embarcation. Cela donne 36 cm de hauteur et 74 cm du milieu du banc avant au milieu de celui arrière ou encore 50 cm entre les bords intérieurs. Par ailleurs, les membrures ont été utilisées pour solidifier la pose des deux bancs.

Les deux taquets (pour le banc avant, un de chaque côté de l'embarcation) sont posés sur la tranche du bordé contre la membrure, puis collés à l'aide de colle SIKAFLEX. Pour solidifier l'ensemble, on peut utilement rajouter une vis venant transpercer la membrure.

 

Vue de la pose des deux taquets pour le banc arrière (un de chaque côté de l'embarcation).

 

Détail de la pose du banc avant au niveau de la membrure correspondante.

 

Détail de la pose du banc arrière au niveau de la membrure correspondante.

 

Le support des dames de nage est collé et vissé de la même façon que les taquets supportant les deux bancs. Dans ce dernier, il faudra ensuite percer pour le passage de la dame de nage. Conseil : ne percez pas trop loin du bord pour ne pas que l'aviron vienne frotter contre le liston lorsque vous allez souquer.

 

Les bancs sont ensuite enduits de 7 couches de vernis de marine.

 

Vérification concernant la fixation du moteur électrique.

 

Passage sur le fond d'une couche de colle - résine pour durcir le contreplaqué. Les flèches rouges représentent les opérations de calfatage à réaliser. Il s'agit simplement de déposer de la colle SIKAFLEX pour combler le vide des zones de recouvrement des bordés.

Conseil : pour lisser le produit sans qu'il n'accroche, il faut utiliser du liquide vaisselle.

 

Image permettant d'appréhender la pose des listons, la réalisation des deux caissons étanches, la pose des taquets et des supports de dames de nage et la vérification concernant la fixation du moteur électrique.

 

Prochaine étape :

Pour évoquer les travaux de finition et la mise en peinture.

 

Affaire à suivre prochainement ... A bientôt. Aupetitpec et Jean-Jacques.

 

http://perso.wanadoo.fr/fousdepeche